Comment déterminer les effets secondaires des vaccins, le cas du Covid-19 et du Papillomavirus et la question de liberté vaccinale:

Les vaccins ont des effets bénéfiques et protecteurs certains mais aussi, parfois, des effets secondaires potentiellement très sérieux. En vaccinant massivement, on va toucher une population beaucoup plus large et donc il faut peser la balance bénéfices risques. Pour tous ceux qui se demandent comment on prouve des effets secondaires après la vaccination, de comment les déterminer de manière objective, car la médecine n’est pas une sciences exacte, et l’on doit donc se baser sur des outils statistiques. Le mieux serait de pouvoir comparer la même personne avec et sans le vaccin. A moins de vous trouver dans l’expérience quantique du chat de Schrödinger, ceci n’est évidemment pas possible. On se base donc sur des populations statistiques randomisées, une qui recoit le vaccin, l’autre pas (le groupe placebo) et on compare, si possible sans biais. L’idée est que si l’échantillon est suffisament large et représentatif, les « fluctuations individuelles aléatoires » s’estompent et l’on a de plus en plus de certitude, la certitude absolue n’existant évidemment pas, vu que nous sommes tous différents et qu’il existera toujours une marge d’erreur. Un autre problème est que dans les études sur les vaccins, le placebo est rarement neutre et ça rend difficile l’évaluation des effets secondaires (donc quand les gens du groupe placebo ont également des réactions allergiques, 107 vs. 137 pour le vrai vaccin Pfizer pour le covid, ce n’est pas juste dû à leur imagination mais au fait que le placebo est lui-même actif et pas juste de l’eau et du sucre comme on peut lire parfois).

La taille de l’étude étant toujours limitée, des effets plus rares pourraient ne pas être détectés et font l’objet de surveillance (pharmacovigilance) après le déployement, un des problème est que typiquement seul une fraction des incidents sont reportés, ce qui peut masquer certains effets, au moins pendant un certain temps. Ca, c’est la théorie, en pratique, il y a parfois des choix plus ou moins arbitraires à faire sur les cas individuels qui surviennent.

Quels sont les effets secondaires potentiels: Par exemple les vaccins peuvent causer des maladies auto immunes: typiquement entre 1 cas / 10 000 -1 cas/ 100 000 pour un vaccin classique (Les Vaccins en Général), en ce qui concerne les nouveaux vaccins covid, on manque encore de recul, une paralysie faciale (Bell Palsy) pour le Pfizer (et Modena aussi) , fréquence 4 cas sur 16 000 dans l’etude Pfizer, ce qui un peu juste pour avoir des statistiques fiables, des cas sont aussi apparus après vaccination sur les populations, chocs anaphylactiques (sans doute liés aux nano-particules de polyéthylène glycol (PEG)), les données publiées par le Center for Disease Control aux États-Unis font état d’un taux de 2.8% d’effets secondaires autres que légers (critères : les vaccinés ne sont plus en état de travailler https://www.cdc.gov/…/slides-12-19/05-COVID-CLARK.pdf). Il y a également des morts. On nous dit qu’il n’y a pas de lien prouvé avec le vaccin. En effet, comment prouver formellement que c’est bien le vaccin qui est la cause du décès, surtout sur une population âgée et avec de fortes comorbidités par exemple (remarquez que dans le cas des décès covid, on pourrait se poser la même question, mais là, la stratégie utilisée est tout autre puisque tout décès avec un test positif covid, même assymptomatique, est déclaré mort covid), sauf si un nombre statistiquement anormalement élevé est observé? Voici une liste, non-exhaustive (malheureusement), mais sans doute représentative à très court terme, pour que chacun puisse se faire une idée, pour le plus long terme, c’est sans doute encore plus compliqué.

Dr. Gregory Michael, 56, an OB-GYN at Mount Sinai Medical Center in Miami Beach, died after suffering a hemorrhagic stroke apparently resulting from a lack of platelets.

Michael’s wife, Heidi Neckelmann, said he sought emergency care three days after the shot because he had dots on his skin that indicated internal bleeding. He was eventually admitted to the ICU with a diagnosis of acute Idiopathic thrombocytopenic purpura (ITP), a rare condition in which the body’s immune system mistakingly attacks cell fragments found in the blood known as platelets. The condition she said led to his stroke, called thrombocytopenia, results from a lower-than-normal number of platelets, which help the blood clot.

Neckelmann described Michael as the « love of her life » and blamed his death on the vaccine. « He was a very healthy 56-year-old, loved by everyone in the community, delivered hundreds of healthy babies and worked tireless through the pandemic, »

She said a team of doctors from across the country tried for two weeks to raise his platelet count « to no avail. » He was conscious until suffering a hemorrhagic stroke « that took his life in a matter of minutes, » she wrote.

Michael was a vaccine advocate, his wife said, before raising doubts about its safety.

Pfizer, which along with its partner BioNTech made the vaccine the man received, said in a statement that it was aware of the death. 

« We are actively investigating this case, but we don’t believe at this time that there is any direct connection to the vaccine, » the statement said.

https://eu.usatoday.com/story/news/health/2021/01/06/death-florida-doctor-following-pfizer-covid-19-vaccine-under-investigation-gregory-michael/6574414002/

Portuguese health worker, 41, dies two days after getting the Pfizer covid vaccine as her father says he ‘wants answers’

  • Sonia Acevedo suffered a ‘sudden death’ on New Year’s Day 48 hours after jab
  • The 41-year-old mother-of-two worked in paediatrics at a hospital in Porto 
  • Ms Acevedo had not suffered any adverse side-effects after being vaccinated
  • An autopsy is expected to take place either today or tomorrow
  • UPDATE: In a press release sent out on January 5th the Portuguese Ministry of Justice advised that the preliminary results of the autopsy ‘did not establish a direct relationship with the vaccine against Covid-19’

https://www.dailymail.co.uk/news/article-9111311/Portuguese-health-worker-41-dies-two-days-getting-Pfizer-covid-vaccine.html

Coronavirus: Switzerland denies rumors of COVID vaccine causing death

A 91-year-old nursing home resident reportedly died in Switzerland five days after receiving the vaccine. Authorities said the patient was already ill and a link with the vaccine was « highly unlikely. »

https://www.dw.com/en/coronavirus-switzerland-denies-rumors-of-covid-vaccine-causing-death/a-56099469

88-year-old dies hours after COVID vaccination in second such incident

In both cases, medical professionals do not believe that the deaths were connected to the vaccines.

https://www.jpost.com/israel-news/88-year-old-dies-hours-after-covid-vaccination-in-second-such-incident-653721

Family, ministry say no link to vaccine as man dies hours after inoculation

Preview(opens in a new tab)

75-year-old with cancer and history of heart attacks suffers cardiac arrest in incident to be further probed by authorities

https://www.timesofisrael.com/family-ministry-say-no-link-to-vaccine-as-man-dies-hours-after-inoculation/

As of 14 January, 23 reports of suspected deaths associated with covid-19 vaccines have been submitted to the Norwegian ADR health registry.

« The reports suggest that common adverse reactions to mRNA vaccines, such as fever and nausea, may have contributed to a fatal outcome in some frail patients », says Sigurd Hortemo, chief physician at the Norwegian Medicines Agency.

Covid-19 vaccination associated with adverse drug reactions in elderly people who are frail – Legemiddelverket

German specialists probing 10 deaths of people vaccinated against Covid-19

https://www.business-standard.com/article/current-affairs/german-specialists-probing-10-deaths-of-people-vaccinated-against-covid-19-121011500088_1.html

Un Suédois de 85 ans décédé le jour après l’injection

« En Suède, un homme de 85 ans souffrant d’affections préexistantes est mort d’un arrêt cardiaque un jour après avoir reçu la piqûre« . Le communiqué précise bien, lui aussi, qu’il s’agit d’une personne « âgée » qui souffrait de plusieurs maladies préexistantes.

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-vaccin-contre-le-coronavirus-responsable-de-la-mort-de-plusieurs-personnes-vrai-ou-faux?id=10668737

France : Le résident d’un Ehpad est décédé deux heures après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer/BioNTech contre le covid-19 mais il n’y aurait pas de lien.

https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Covid-19-Deces-d-un-resident-d-Ehpad-apres-avoir-ete-vaccine-pas-de-lien-avere-1720621

Un Belge de 82 ans décède 5 jours après avoir été vacciné contre le Covid: « Aucune raison de paniquer »

https://www.lalibre.be/belgique/societe/un-belge-de-82-ans-decede-5-jours-apres-avoir-ete-vaccine-contre-le-covid-aucune-raison-de-paniquer-6001590c7b50a652f7d1e9c5

Pascal Praud, balance une vérité concernant les personnes âgées qui se font vacciner et qui décèdent après injection ! Selon le gouvernement, c’est une coïncidence car ces personnes ont des comorbidités. Par contre, quand ces mêmes personnes décèdent sans vaccin, ils sont classés mort du covid !

COVID-19: Bell’s palsy in four Pfizer volunteers not due to vaccine, says US FDA

There is no evidence supporting a causal relationship between the Bell’s palsy cases and the injection of the vaccine.

https://zeenews.india.com/world/covid-19-four-pfizer-vaccine-volunteers-develop-bells-palsy-read-details-here-2329924.html

Why you shouldn’t worry about a connection between Bell’s palsy and COVID-19 vaccines

What is Bell’s palsy, and is it a concern?

The condition involves a sudden weakness of the face, usually on one side. Why this happens isn’t well understood, although the paralysis is linked to inflammation of facial nerves.

People with Bell’s palsy may have trouble closing one eye, wrinkling their forehead, or pulling up the corner of their mouth to swallow food. Most people make a full recovery in six months or less. 

Voir également des liens vers d’autres sites qui en parle:

Témoignages – effets secondaires des vaccins covid

Vaccin Pfizer: Au moins 438 décès en Europe

No alt text provided for this image

Fig. 1: Number of reported individual cases of adverse events following vaccination in the European Eudravigilance database categorized by seriousness for the AstraZeneca and Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccines on 13.03.2021. Several 100 000 of events were reported. Several thousands of people died in hours or days after vaccinations (No link was officially established).

La base de données Eudravigilance (liens et mode d’emploi sur Covid Vaccine, What could Possibly go wrong? ) permettent d’ailleurs de faire des recherches sur les effets secondaires suites aux vaccinations pour les vaccins actuellement autorisés en Europe. On peut y voir un nombre d’effets secondaires graves élevés (Fig. 1 ) de l’ordre de environ 0.2 à 0.7%. Il faut également savoir que seul une fraction des effets secondaires sont typiquement reportés sur ces sites. Alors imaginez vaccciner 7 milliards d’individus, combien de dizaines de millions de personnes pourraient être impactées? Et puis, on parle de recommencer une à deux fois par an, vu que le virus mute?

Le cas du controversé Vaccin contre le Papillomavirus:

Il faut aussi savoir que rien qu’en France, il y eu des centaines d’adolescentes qui ont développé des maladies auto-immunes après la vaccination contre le Papillomavirus mais aucun lien n’a pus être établit jusqu’à présent:

https://www.francetvinfo.fr/sante/cancer/vaccin-gardasil/si-ce-nest-pas-le-gardasil-d-ou-vient-ma-maladie_576721.html

https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/une-premiere-plainte-deposee-en-france-contre-le-gardasil-vaccin-anticancer-du-col-de-l-uterus-revele-le-jdd_466144.html

Comment réagit le laboratoire visé ?

Sanofi Pasteur MSD conteste la conclusion de la double expertise. Selon le laboratoire, elle s’appuie « uniquement sur la constatation d’une coïncidence temporelle entre la survenue et les symptômes de la maladie et de la vaccination », sans prouver le lien de causalité.

Pour mettre en cause le vaccin, « il faut regarder si la maladie est plus fréquente chez un groupe de jeunes filles vaccinées que sur un groupe de jeunes filles non vaccinées », explique le directeur adjoint des affaires médicales chez Sanofi Pasteur MSD, or aucune étude n’a jamais établi « d’incidence supérieure », assure-t-il en défendant la thèse de la « coïncidence ». Sanofi Pasteur MSD regrette « le discrédit » ainsi jeté sur le vaccin et la « perte de chance » que cela pourrait supposer pour les jeunes filles.

Alors le bénéfice-risque penche-t’il vraiment pour la vaccination contre le papillomavirus, savez-vous qu’il n’existe aucune preuve formelle que ce vaccin empêche le cancer du col de l’utérus? Voici ce qu’en dit un article scientifique par un expert dans le domaine des vaccins (et une personne plutôt pro-vaccin d’ailleurs) et de l’immunologie:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7129276/

Up to 90% of cervical cancer deaths, occur in developing countries that lack the ability to fully implement the Papanicolau (Pap) screening programs. HPV poses a special challenge in vaccine safety. HPV is necessary for the development of cervical cancer. However, most women infected with HPV will not develop the disease since 70% of infections will resolve within a year and up to 90% within 2 years without specific treatment. Over the course of decades, cancer may result in a small proportion of the remaining infected women. Death rate from cervical cancer in 9–20 year old girls is zero and long-term benefits are yet to be proven. In this specific case, short term risks to healthy subjects can prove to pose a heavier burden than cervical cancer [123].

Letter: Dangerous Gardasil drug should be banned in US

My 11-year-old great niece was a happy, healthy child until — upon the recommendation of her pediatrician — she received a Gardasil shot. The next day she woke up with bruises all over her body. Blood work found ITP — a rare blood disease that can be fatal. She bled from her mouth and nose; she was put into the Intensive Care Unit when the doctors feared that she would bleed on her brain and die.

A week of IVIG treatments were unsuccessful, and she was discharged. The next month she had chemo treatments — 10 hours of infusion each time. Today — 6 months after her vaccination, her blood platelets have gone from a low of 100,000 to 132,000 (150,000 to 400,000 is normal).

Dr. Dianne Harper, one of 50 HPV experts in the world, said Gardasil is neither safe nor effective. She told CBS it is essentially useless. Dr. Chris Shaw — professor at the University of British Columbia — said Gardasil « is a vaccine that’s been highly marketed, the benefits are overhyped, and the dangers are underestimated. » The American College of Pediatricians has linked Gardasil to premature menopause in girls. Studies in medical journals like Pediatrics, Cancer Epidemiology and Human Vaccines & Immunotherapeutics conclude that doctors have issues with Gardasil.

Perhaps most telling are the revelations of Dr. Bernard Dalbergue, a former pharmaceutical industry physician with Gardasil manufacturer Merck. In an April 2014 interview published in Principes de Sant (Health Principles) he said, « The full extent of the Gardasil scandal needs to be assessed: everyone knew when this vaccine was released on the American market that it would prove to be worthless. I predict that Gardasil will become the greatest medical scandal of all time because at some point in time, the evidence will add up to prove that this vaccine has absolutely no effect on cervical cancer and that all the very many adverse effects which destroy lives and even kill, serve no other purpose than to generate profit for the manufacturers. Gardasil is useless and costs a fortune! »

Gardasil has been banned in Japan. The people of Spain are crying out for its removal from their country. Sadly, it is still used in 100 countries, including this great United States of America.

Vaccin et Placebo non-neutre:

Un problème largement méconnu de monsieur tout le monde et bien expliqué ici: le placebo est rarement neutre et ça rend difficile l’évaluation des effets secondaires. C’est d’ailleurs une des critiques faites dans cette étude scientifique indépendante sur les études des laboratoires pour les vaccins HPV, une autre est de remarquer que les les effets secondaires sérieux dans les bras vaccins ont été considérés comme non-relié au vaccin:

Serious adverse events after HPV vaccination: a critical review of randomized trials and post-marketing case series: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28730271/ :

Most HPV vaccine randomized trials did not use inert placebo in the control group. Two of the largest randomized trials found significantly more severe adverse events in the tested HPV vaccine arm of the study. Compared to 2871 women receiving aluminum placebo, the group of 2881 women injected with the bivalent HPV vaccine had more deaths on follow-up (14 vs. 3, p = 0.012). Compared to 7078 girls injected with the 4-valent HPV vaccine, 7071 girls receiving the 9-valent dose had more serious systemic adverse events (3.3 vs. 2.6%, p = 0.01). For the 9-valent dose, our calculated number needed to seriously harm is 140 (95% CI, 79–653). The number needed to vaccinate is 1757 (95% CI, 131 to infinity). Practically, none of the serious adverse events occurring in any arm of both studies were judged to be vaccine-related.

Alors, y a’t’il un lien ou pas entre les effets secondaires et le vaccin, au moins dans certain cas, et vous qu’en pensez-vous?

Finalement, que pensez-vous du passeport vaccinal que l’Europe a annoncé vouloir introduire avant l’été et donnant accès aux voyages, concerts, aux restaurants, peut-être aussi au travail et tout aspect de la vie économique, comme en Israël ? N’est-il pas important que chacun puisse choisir en âme et conscience, spécialement vu les risques et les inconnues liés au vaccin et que la réalité ne peut se résoudre à un choix binaire (quid des traitements et de tous ceux qui pense que renforcer leur immunité naturelle est la bonne solution, sujet que nous abordons dans Covid, Vaccin, Mortalité et Ivermectine )? Accepter ce passport ne serait-ce pas renoncer à son droit le plus strict de choix sur son corps et sa santé, peut-être même sur sa vie? Lorsque l’on commence sur cette voie, y a-t’il un risque de ne pas savoir prédire où cela finira? Fait-il sens, alors qu’il pourrait ne pas même empêcher la transmission et que s’il est autant efficace qu’ annoncé, les personnes qui veulent se protéger le seraient? Que se passera-t’il pour ceux qui refuseront de se faire vacciner? Le passport deviendra-t’il la nouvelle étoile jaune d’une société « bien-pensante »? Voilà en tout cas un certain nombre de questions éthiques sur les-quelles, il semblerait opportun de réfléchir. Nous vous renvoyons d’ailleurs vers la lettre documentée de Children’s Health Defense au parlement Européen à ce propos:
Certificat vert numérique: Lettre de Children’s Health Defense au Parlement Européen

Plus d’info sur les vaccins: Les Vaccins en Général

Pour peser la balance bénéfice risque du covid, il faut également regarder le risque de la maladie elle-même. Nous vous renvoyons à notre article plus complet sur ce sujet: Covid, mortalité et confinement dont nous copions ici un extrait:

Taux de létalité (rapport #décès / # malade, souvent surestimé spécialement en début d’une épidémie nouvelle, on nous annonçait initialement 3% ou plus, vu le grand nombre de personne non-testées car peu symptomatiques ou assymptomatiques > 80% pour la covid) est finalement et heureusement plutôt faible, en moyenne 0.23% toute tranche d’âge confondues et 0.05% pour les moins de 70 ans. Ce taux de léthalité lié directement au virus a été calculé depuis mars 2020 déjà et depuis lors confirmé de nombreuses fois par des épidémiologistes de renom, dans des endroits différents, sur des populations différentes et même avec des méthodes légèrement différentes. Même l’OMS a rapporté ces chiffres à plusieurs reprises, en rappelant en Octobre 2020 que d’après leur meilleures estimations 10% de la population mondiale avait été infectée par le Covid-19 (taux de létalité de 0.15%) (cfr. aussi A. Fauci, Covid-19 — Navigating the Uncharted Covid-19 — Navigating the Uncharted | NEJM).

Rem : Ne pas confondre taux de létalité au taux de mortalité (rapport #décès / population totale) qui est plus faible.

Pour rappel ~1% de la population en Belgique ou en France décède chaque année, soit 100 000 à 110 000 décès par an en Belgique et 650 000 décès par an en France.

Etude de John P.A. Ioannidis

Professor of Medicine/Health Research & Policy/Biomedical Data Science/Statistics, Stanford Univ. Un des meilleurs expert dans le domaine avec un h-index de 210

Results I included 61 studies (74 estimates) and eight preliminary national estimates. Seroprevalence estimates ranged from 0.02% to 53.40%. Infection fatality rates ranged from 0.00% to 1.63%, corrected values from 0.00% to 1.54%.

Across 51 locations, the median COVID-19 infection fatality rate was 0.27% (corrected 0.23%): the rate was 0.09% in locations with COVID-19 population mortality rates less than the global average (< 118 deaths/million), 0.20% in locations with 118–500 COVID-19 deaths/million people and 0.57% in locations with > 500 COVID-19 deaths/million people.

In people < 70 years, infection fatality rates ranged from 0.00% to 0.31% with crude and corrected medians of 0.05%.

Discussion

Acknowledging these limitations, based on the currently available data, one may project that over half a billion people have been infected as of 12 September 2020, far more than the approximately 29 million documented laboratory-confirmed cases. Most locations probably have an infection fatality rate less than 0.20% and with appropriate, precise non-pharmacological measures that selectively try to protect high-risk vulnerable populations and settings, the infection fatality rate may be brought even lower.

https://www.who.int/bulletin/volumes/99/1/20-265892/en/

Les chiffres en Belgique :

Les décès, nous avons eu à ce jour (29/12/2020) 19.200 personnes décédées des suites du Covid depuis le début de l’épidémie en Belgique, ce qui représente 0.17% de la population Belge (11.500.000).

Maintenant, afin de comprendre un peu mieux la situation, mettons les décès totaux par tranche d’âge :

De 0 à 24 ans : 34 décès (0.18% des 19.200)

De 25 à 44 ans : 83 décès (0.43% des 19.200)

De 45 à 64 ans : 1.082 décès (5.64% des 19.200)

De 65 à 74 ans : 2.327 décès (12.12% des 19.200)

De 75 à 84 ans : 5.533 décès (28.82% des 19.200)

De 85 ans à + : 10.141 décès (52.82% des 19.200)

Les personnes âgées, en particulier les 85+ représentent un peu plus de la moitié des décès totaux du Covid. Rappelons qu’une technique plus appropriée de la comptabilisation des décès (à ce jour, il suffit d’être testé positif pour être classé mort de la covid), l’emploi de la prévention (vitamine d, zinc…) et le traitement précoce (ivermectine…) pourraient réduire la mortalité de façon significative. Rapportons maintenant ces chiffres sur les chances de survie de chacun pour se redonner un peu d’espoir malgré tout :

Les moins de 45 ans (6.206.000 Belges, 54% de la population) 99.999% de survivre.

Entre 45 et 65 ans (3.082.000 Belges, 26.8% de la population) 99.965% de survie.

Entre 65 et 75 ans (1.170.399 Belges, 10.18% de la population) 99.80% de survie.

Entre 75 et 85 ans (698.940 Belges, 6.08% de la population) 99.21% de survie.

Et pour les plus de 85 ans (335.139 Belges, 2.91% de la population) 96.7% de survie.

Pour continuer la lecture:

Une synthèse assez complète sur les risques connus et potentiels des vaccins et les traitements du Covid et les études scientifiques liées:

La stratégie du tout vaccin, les traitements négligés, un pass pour la liberté ou en route vers l’Armageddon ? :

La Science aurait-elle tué la Nouvelle Normalité, combien de temps avant que les masques ne tombent ? : La plupart des mesures coercitives non-pharmacologiques prises pour lutter contre le Covid-19 n’ont pas de bases ou de preuves scientifiques solides. La science semble même avoir tué la nouvelle normalité. Cet article basé sur 30 références scientifiques revient sur les mesures leur impact et spécifiquement sur le port du masque.

Articles sur les données et études sur la létalité et les statistiques de mortalité et risques par tranche d’âge lié au Covid:

Covid, mortalité et confinement

 
Les enjeux de la crise du Covid

Rejoignez-nous sur: https://www.facebook.com/groups/auxamescitoyennes

ou sur Telegram: https://t.me/auxamescitoyennes

Par: Aryan Afzalian, Ingénieur et Docteur en Sciences Appliquées.

5 commentaires sur « Comment déterminer les effets secondaires des vaccins, le cas du Covid-19 et du Papillomavirus et la question de liberté vaccinale: »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :